RM
Ramuntcho Matta
ST
sometimeStudio
LZ
Lizières
26 rue Saint-Claude 75003 Paris

Exposition

Têtes de terres

4 — 18 juin 2019
avec Pablo Cueco

 »  Je m’y suis mis sur le tard. Le dessin m’a rattrapé vers le milieu de la cinquantaine. Obsession familiale, s’il en est – père, mère, frère, oncle, cousins et cousines plus ou moins lointains en ont fait le centre de leur vie – j’avais, jusque-là, réussi à y échapper. Concentré sur mon zarb (percussion iranienne) et la composition musicale, puis la voix, la poésie et l’écriture de textes, je n’avais pas vu venir la vague qui allait me submerger. J’aurais pu m’y noyer, j’ai choisi de m’y perdre et de m’y promener tranquillement, d’en savourer chaque instant, chaque aventure.

Chaque dessin me fait découvrir un nouveau petit monde, chaque technique nouvelle me défie, chaque rencontre me stimule. J’ai beau prévoir, préméditer, planifier, c’est toujours le dessin qui guide ma main. Ma pratique se situe là, dans cet interstice, cette lisière entre le contrôle et l’inspiration… et c’est la même chose pour la musique et l’écriture. J’avance ainsi, réinventant sans cesse des choses qui existent depuis toujours… Rester perfectible, voilà mon objectif, ma devise. J’ai, cette fois encore, bon espoir d’y parvenir.

C’est ma première exposition, belle émotion… Je présente une série de dessins réalisés avec des crayons « minéraux » tels que pierre noire, sanguines variées et craie blanche : « Têtes de terres »… ainsi que quelques gravures en taille douce : spectres, fantômes, katchinas… Un recueil des dessins exposés, Têtes de Terres est publié par les Éditions Qupé à l’occasion de cette exposition. »

 

Pablo CuecoZarb, composition, écriture, dessin, voix… Né en Corrèze en 1957, l’année du lancement de Spoutnik. Issu d’une famille d’artistes plasticiens, c’est tout naturellement que dès son plus jeune âge il se consacre à la musique. Il étudie les percussions avec Jean Batigne et Gaston Sylvestre, le zarb avec Jean-Pierre Drouet, Djamchid Chemirani et Bruno Caillat, le reste en autodidacte consciencieux et obstiné.

Dans le prolongement d’un trajet éclectique entre jazz sous toutes ses formes, musique contemporaines, musiques traditionnelles et autres, il se revendique aujourd’hui comme Artiste sans Discipline Fixe. Il partage son activité artistique entre le zarb (et quelques autres percussions), la composition (de la harpe au symphonique en passant par la batterie-fanfare, le cinéma, le théâtre et l’électro-acoustique), la production de disques, l’écriture (de fictions, de scénarios et d’article notamment pour la compagnie Le carrosse d’Or et les revues Les allumés du jazz, Lizières, Mon Lapin Quotidien, AFPercus, Le ventre et l’oreille…) et le dessin.

À lire : Pour la route textes de Pablo Cueco, accompagnés de photos de Milomir Kovacevic et de dessins de Rocco. Qupé éditions – 2018

Têtes de terres — sometimeStudio