RM
Ramuntcho Matta
ST
sometimeStudio
LZ
Lizières
26 rue Saint-Claude 75003 Paris

Exposition

Poèmes Instantanés

12 — 29 avril 2017
avec Nino Khali

Nino est un curieux poète français. Assez méconnu, il est pourtant l’une des figures du monde de la poésie contemporaine, car son travail comporte plus d’un milliers de sortes d’haïkus bricolés.
Nous avons la chance de le rencontrer, afin qu’il nous éclaire sur cette série de poèmes qu’il nous livre à l’occasion de cette exposition à SometimeStudio. L’homme est grand et a la peau pâle, ses yeux sont curieux et observateurs, sa voix est profonde et basse, et je remarque que c’est un homme qui n’a pas d’ombre, comme si la lumière le transperçait directement.

Nous ne savons de lui que quelques bribes de sa vie. Comme fréquemment avec les personnages mystérieux, il est plus aisé de décrire son enfance que sa vie d’adulte.


Il est né a Gap en 1954. Ses origines sont multiples : son père est Alavi al Kidari, un lettré persan de la cité d’Alamut selon ses propres dires, qui entame en 1950 un aventureux pèlerinage, sur les traces d’Hannibal. Au cœur des Alpes françaises, il rencontre Andrea Matteucci, jeune palermitaine qui s’était installée dans le petit village de Molines en Queyras pour fuir le fascisme du Duce. Ici, débute donc la vie de Nino. Son parcours révèle beaucoup de zones d’ombres, nous savons qu’il écrit des sonnets a son professeur de français pendant des années. Nous savons aussi qu’il a travaillé a la librairie du village, l’hiver étant long et dur la haut, a Molines, il se trouve entre les pages de livres variés un refuge chaud et confortable. Une fois la douce saison revenue, il se dit qu’il chantait le journal du matin aux vaches pendant son temps libre. L’éclectisme identitaire et l’internationalité qu’il rencontre à la maison, entre le persan, l’italien, et le français, l’acclimate aux jeu de la langue. Il aime passer de l’une a l’autre, et ses premiers écrits sont des patchwork de ces différentes écritures et cultures.

Evasif sur son parcours, il nous parle néanmoins de son écriture hybride, de ses recherches, et de sa contemplation très personnelle car « si la Poésie souvent comporte une lecture secrète voir ésotérique ,elle révèle souvent la face cachée d’une émotion ou d’une situation » m’explique t’il.

Nous avons sous les yeux ses poèmes, et devant nos yeux ébahis, il nous dévoile les rouages de son procédé : en morcelant les informations de la presse il en ré-articule les messages afin d’en révéler la force poétique. En effet, la puissance poétique depuis Rimbaud et Lautréamont n’est selon lui plus dans l’émouvant et le décoratif mais bien dans un rapport à la vérité. C’est ce que Nino désire : être dans le vrai. Car nous le savons, la vérité n’est pas toujours agréable à entendre mais elle est bonne à dire, et il s’en est fait son cheval de bataille. En découpant/déchirant ses mots dans le journal, Khali nous offre une cartographie poétique et quasi documentaire. « Le réel n’a pas qu’un visage , mais il porte souvent le masque de l’affliction », et le travail de Nino Khali est là pour nous aider à baisser les masques. La ré-écriture de Nino nous évite l’endormissement programmé et l’hypnotisme médiatique, car cet exercice poétique l’a porté a contourner l’écriture qui modèle la pensée. Il voit dans ce procédé un fenêtre vers la liberté : en coupant des mots, de nouvelle phrases jaillissent. Ainsi, aussi mystérieuse qu’est sa démarche, sa lecture poétique du monde qui l’entoure nous donne peut être les outils pour comprendre le véritable message, porteur d’hypothèses constructives, plus que d’éprouvantes soumissions. La Poésie de Khali se propose de faire un pas de coté, et d’écouter le vivant d’une autre oreille.

Poèmes Instantanés — sometimeStudio
Poèmes Instantanés — sometimeStudio Paris
Poèmes Instantanés — sometimeStudio Paris